25/11/2007

Bon dimanche 25 novembre à tous et vive les Catherinettes

 

 

 

Le 25 Novembre, jour de la Sainte Catherine, on célèbre les Catherinemais aussi les Catherinettes.

 

Qu'est-ce qu'une Catherinette ?

C'est une jeune femme qui ayant atteint 25 ans n'est toujours pas mariée. L'étymologie grecque de ce prénom est katharos qui veut dire pur.

 

On y fête les jeunes filles de 25 ans qui ne sont pas encore mariées. La tradition veut qu'elles portent un chapeau extravagant aux tons jaunes et verts confectionnés pour ou par elles, à leur image.

 

 

 

Origine de cette tradition

Sainte Catherine d'Alexandrie a vécu au IIIe siècle.

Sa légende rapportée en France par le croisés, raconte qu'elle est morte vierge et martyre : Elle fut d'abord attachée à une roue munie de pointes, qu'elle parvint à briser par ses prières.

Elle fut ensuite décapitée et de son corps jaillit du lait. Puis elle fut portée par des anges sur le Mont Sinaï.

 

 

Née à Alexandrie au sein d'une famille noble, Sainte Catherine se convertit au christianisme à la suite d'une vision. Très intelligente, elle suit les cours des plus grands maîtres chrétiens.  

Elle est la seule sainte du paradis à posséder trois auréoles : la blanche des vierges, la verte des docteurs et la rouge des martyrs.

 

 

 

 

 

Sainte Catherine est aujourd'hui la patronne des barbiers, charrons, cordiers, drapiers, écoliers et étudiants, fileuses de laine, meuniers, notaires, étudiants, nourrices, orateurs, philosophes, plombiers,meniers, potiers, prêcheurs, rémouleurs, tailleurs, théologiens,philosophes, orateurs, tourneurs... et des filles à marier.

 

 

 

 

 

La tradition de Sainte Catherine remonte au Moyen âge. A l'époque, les filles de 25 ans qui n'étaient pas encore mariées revêtaient des tenues et des chapeaux extravagants et se rendaient en cortège devant une statue de Sainte Catherine pour la parer de fleurs, rubans, chapeaux ... Elles coiffaient Sainte Catherine dans l'espoir de trouver un mari !

Elles allaient au bal et celles qui voulaient trouver un mari se mettaient un chapeau complètement fou sur la tête. Elles y accrochaient des objets jaunes et verts pour se faire remarquer.

 

 

 

 

Sainte Catherine fut vénérée dès le moyen âge dans de nombreuses églises, ou des jeunes filles non mariées venaient le jour de sa fête, honorer sa statue et renouveler sa coiffure.

C'est de là qu'est venue la tradition encore très répandue "de coiffer Sainte Catherine" pour les jeunes filles qui atteignent 25 ans sans être mariées.

Dans l'industrie textile, où Sainte Catherine a été adoptée comme patronne des fileuses, la Sainte Catherine est fêtée par un bal des catherinettes.  

Dans le nord de la France les jeunes filles s'envoient ce jour la des cartes de la Sainte Catherine pleines de souhaits et de doux espoirs.

 

 

16:08 Écrit par L'Ariou dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/11/2007

INVASION

 

 

La terrible coccinelle asiatique

15/11/2007 - Jean-Michel Decugis, Christophe Labbé et Olivia Recasens - © Le Point - N°1835

« Certains jours, je reçois plus d'une vingtaine d'appels au secours. De gens inquiets de voir s'agglutiner des milliers de coccinelles sur la façade de leur maison », explique le naturaliste Vincent Ternois, patron de l'Observatoire permanent pour le suivi de la coccinelle asiatique en France.

Au départ l' Harmonia axyridis devait être l'alliée du jardinier écolo. Une coccinelle qui dévore jusqu'à 270 pucerons par jour et seulement sur votre parcelle, puisqu'elle vole comme un fer à repasser. Mais le rêve a tourné au cauchemar. Commercialisée au milieu des années 90 après avoir été importée et testée par l'Institut national de la recherche agronomique, la donzelle s'est mise à boulotter ses cousines indigènes, à se reproduire de façon anarchique et même à voler. « Elle est désormais présente dans toute la moitié nord du territoire, avec déjà des incursions en Rhône-Alpes. D'ici trois ans elle aura colonisé toute la France », prévient Vincent Ternois. La solution ? « Actuellement, elles cherchent un abri pour l'hiver, il faut colmater fenêtres, aérations et dessous de portes. Dans certains cas, la pose de moustiquaires peut s'avérer nécessaire. De toute façon, il n'est plus possible d'enrayer l'extension de l'espèce. Il faut apprendre à vivre avec. »

00:09 Écrit par L'Ariou dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |